Actualité internationaleAbstracts précédentsAdministration

Les dimensions de la religiosité : leurs relations aux troubles psychiatriques sur la vie entière et à l'utilisation de substances

> Kendler KS, Liu XQL, Gardner CO, McCullough ME, Larson D, Prescott CA.
Dimensions of religiosity and their relationship to lifetime psychiatric and substance use disorders.
Am J Psychiatry 2003 ; 160 (3)Medical College of Virginia, USA

Le rôle de la religion dans la santé et la maladie mentale reste peu étudié. Kendler, du département de psychiatrie du Medical College of Virginia, et ses collaborateurs ont repris une étude antérieure sur les croyances religieuses de 1900 femmes jumelles de faible niveau social. Ils ont tenté de définir les aspects multidimensionnels de la religiosité, concept très complexe se rapprochant de la spiritualité. Ils ont approché leurs rapports avec le risque de troubles psychiatriques et ceux liés à l'usage de substances (critères adaptés du DSM III-R et du DSM IV).
Les échantillons de l'étude proviennent de deux cohortes de jumeaux (hommes et femmes), issus des registres de la population de Virginie, évalués par plusieurs vagues d'entretien clinique de 1988 à 1998. En 1999, des questionnaires sur la religiosité leur ont été envoyés. Le taux de réponse était de 36,3%. La réalisation de ce questionnaire a nécessité une détermination précise des dimensions de la religiosité. Sept facteurs déterminants ont été dégagés : celui appelé « religiosité générale » (pratiques?), la « religiosité sociale » (support social), l'implication de Dieu dans les affaires humaines, le pardon, la place de Dieu en tant que juge (notion liée au conservatisme des fondamentalistes protestants), l'absence d'esprit de revanche et les remerciements vis-à-vis de la vie et de Dieu.
L'analyse qualitative des résultats a mis en évidence des variations en fonction des caractéristiques démographiques des échantillons : les facteurs « Dieu en tant que juge » et « l'absence d'esprit de revanche » ne sont pas liés à l'âge alors que le facteur « religiosité sociale » l'est fortement. La place de Dieu en tant que juge est très élevée chez les hommes. Il existe une relation négative entre les années d'études des sujets et les facteurs « religiosité sociale », « implication de Dieu », « Dieu en tant que juge ». La relation est positive pour la dimension « absence de vengeance ».L'analyse qualitative des résultats a mis en évidence des variations en fonction des caractéristiques démographiques des échantillons : les facteurs « Dieu en tant que juge » et « l'absence d'esprit de revanche » ne sont pas liés à l'âge alors que le facteur « religiosité sociale » l'est fortement. La place de Dieu en tant que juge est très élevée chez les hommes. Il existe une relation négative entre les années d'études des sujets et les facteurs « religiosité sociale », « implication de Dieu », « Dieu en tant que juge ». La relation est positive pour la dimension « absence de vengeance ».
Les auteurs ont divisé les neuf syndromes psychiatriques observés en deux groupes : celui des troubles venant du sujet (la dépression majeure, le trouble anxieux généralisé, les phobies, le trouble panique et la boulimie) et celui des troubles attribués à une cause extérieure (la dépendance à la nicotine, à l'alcool, l'abus de drogue ou la dépendance et les comportements antisociaux de l'adulte).
La comparaison des risques relatifs (=OR) d'apparition de ces syndromes cliniques en fonction des sept facteurs de la religiosité chez 2621 jumeaux indique qu'un haut niveau d'implication religieuse prédit une diminution du risque de mésusage de substances (la nicotine aussi) et de comportements antisociaux. L'activité religieuse reflète une forme d'intégration sociale. Les motivations religieuses profondes (religiosité sociale, absence de revanche et remerciements) sont les facteurs les plus protecteurs contre la dépression, mais aussi contre le trouble anxieux généralisé, les phobies ou la boulimie. Par contre, un excès de religiosité générale (rites?.) semble majorer le trouble panique. Les hypothèses étiopathogéniques sont multiples.

Dr M-D. Colas Benayoun
Service de psychiatrie, HIA Percy, Clamart