Actualité internationaleAbstracts précédentsAdministration

Diminuez votre consommation : une intervention utilisant le réseau internet pour les consommateurs d’alcool abusifs

> Linke S, Brown A, Wallace P.
Down your drink : a web-based intervention for people with excessive alcohol consumption.
Alcohol and Alcoholism 2004 ; 39(1) : 29-32


La proportion des consommateurs d'alcool à risque mise en évidence est faible, tout comme celle de leur prise en charge active. Des études montrent l’efficacité des « interventions brèves », ce qui incite à développer des moyens d’accès supplémentaires à ces méthodes. Le développement actuel du réseau internet constituent une opportunité de délivrer une information à un grand nombre de personnes, dont la plupart ne se considéreraient pas en difficulté avec l’alcool.
Le site « Diminuez votre consommation » (www.downyourdrink.org.uk), mis en place en octobre 2001, se base sur le manuel du même nom. Il se situe dans l’optique des interventions brèves, s’appuyant sur les modèles de Prochaska, ainsi que sur des stratégies cognitives et comportementales d’encouragement du changement et de prévention de la récidive.
De la page d’accueil, les visiteurs sont orientés vers un test d’évaluation de leur consommation (Fast alcohol screening test), puis vers des questions motivationnelles. Après enregistrement (conseillé pour les résultats dépassant 3 au FAST), un programme de six semaines est mis en place. Toutes les semaines, les utilisateurs sont tenus de s’enregistrer et de compléter des questionnaires concernant leur calendrier de consommation et « d’envie » d’alcool. Des informations supplémentaires sous forme de quizz, de discussions en ligne, de divertissements sont apportées régulièrement sur le site ou par courriel. A l’issue de cette période, les utilisateurs sont invités à s’exprimer librement et à évaluer par grille leur perception de ce programme.
Du 1er octobre 2001 au 31 mars 2002, pour un millier de visiteurs mensuels, 1319 personnes au total se sont enregistrées sur le site. 6% d’entre elles, soit 79, ont suivi le programme jusqu’à l’issue de la sixième semaine. La moitié ont répondu au questionnaire de rétro-évaluation. Dans 74% de ces questionnaires, cette intervention se situe comme la première démarche en rapport avec l’alcool. 90% n’ont reçu aucune aide autre que celle du site.
En dépit du fort taux de départs du programme, 80% des utilisateurs finaux évaluent ce site de façon positive, comme moyen de trouver une aide, grâce notamment à sa disponibilité 24 heures sur 24. Plusieurs milliers d’internautes ont visité le site, prouvant l’impact potentiel de ce type d’intervention.
L’analyse des données concernant les utilisateurs situe l’impact de ce site sur une population essentiellement européenne, d’âge moyen et de classe moyenne. Les abandons rapides, dès les premières phases du programme (32% des internautes enregistrés suivent jusqu’à la deuxième semaine), semblent imputables à une certaine versatilité liée aux habitudes d’utilisation des sites internet. Les départs tardifs sont plus complexes à étudier et renvoient à de nombreux facteurs cliniques et informatiques.
Des études ultérieures d’intervention via internet devraient inclure des questionnaires d’évaluation pour les sorties de l’étude, ainsi que des liens vers un site qui pourrait s’intituler : « Comment buvez vous ? ».

Dr B. Lahutte
Clamart