Actualité internationaleAbstracts précédentsAdministration

Parler avec les patients qui ne veulent pas arrêter de boire

> Karno MP, Longabaugh R.
Less directiveness by therapists improves drinking outcomes of reactant clients in alcoholism treatment
J Consult Clin Psychol 2005 ; 73 : 262-7


Lorsqu'ils parlent d’alcool avec leurs patients, les médecins peuvent être confrontés à une certaine résistance. Parmi les signes de cette résistance chez les patients, on trouve l'argumentation, le changement de sujet et plus généralement les réponses négatives. Pour comprendre comment les cliniciens doivent approcher les patients résistants, un groupe de chercheurs américains a analysé des séances de traitement d'adultes alcoolodépendants ayant participé à une étude randomisée proposant trois approches thérapeutiques dont l'efficacité était similaire. Les chercheurs ont exploré la relation entre le discours des cliniciens et le résultat en termes de consommation d'alcool chez 141 patients alcoolodépendants une année après leur entrée en traitement.
Parmi les patients résistants, la directivité du clinicien – caractérisée par des questions fermées, de l'interprétation, de la confrontation, de la morale, des conseils, des prises de position – était significativement associée à une durée d’abstinence plus courte et à une consommation d’alcool en nombre de verres par jour plus importante. Cependant, parmi les patients avec une résistance faible, la directivité du clinicien n'affectait pas le taux de rechute et le niveau de consommation.


Commentaire
Cette étude indique que, lorsque les patients résistent au changement de leur consommation d'alcool, les cliniciens devraient éviter la tendance naturelle à donner des informations et des conseils. Que devons-nous faire avec des patients résistants ? Bien que la question n'ait pas été posée directement dans ce travail de recherche, des études précédentes sur l'entretien motivationnel suggèrent qu'il faut encourager les patients à parler de ce qu'ils considèrent eux-mêmes comme le plus important, passer plus de temps à écouter et montrer aux patients qu'on les a entendus.

Dr J-B. Daeppen, Lausanne
Traduit et adapté de Saitz R. Talking with patients resistant to changing their drinking . Alcohol and Health: Current Evidence (July-August 2005)
http://www.bu.edu/act/alcoholandhealth/issues/issue_july05/saitz_karno.html