Actualité internationaleAbstracts précédentsAdministration

Un facteur de croissance qui régule la consommation d’alcool…

> Jeanblanc J et al.
Endogenous BDNF in the dorsolateral striatum gates alcohol drinking
The Journal of Neuroscience 2009 ; 29 (43) : 13494-502


Un nombre important de travaux ont démontré que les facteurs de croissance cérébraux jouent un rôle dans différentes maladie psychiatriques telles que la dépression, l’anxiété et les addictions. Le facteur neurotrophique dérivé du cerveau ou BDNF (brain-derived neurotrophic factor) et son récepteur tyrosine kinase (TrkB) interviennent dans la prolifération, la différenciation et la survie neuronale, ainsi que dans la plasticité synaptique (efficacité de transmission). Chez l’homme, le gène codant le BDNF et l'un de ses polymorphismes ont été associés à la vulnérabilité à l’alcoolodépendance. Chez les rongeurs, la diminution d’expression de BDNF chez les souris mutées hétérozygotes et l’antagonisme du récepteur TrkB augmentent l’appétence envers l’alcool. L’administration aiguë d’alcool et la consommation volontaire d’alcool augmentent l’expression du BDNF dans le striatum dorsolatéral.
Dans la présente étude, les auteurs ont testé l’hypothèse que le BDNF endogène présent spécifiquement dans certaines sous-régions du striatum dorsal contrôle le niveau de consommation d’alcool. Le striatum dorsal joue un rôle majeur dans les comportements motivés et dans les comportements dits "automatiques", qui sont caractéristiques de l’addiction.
Les auteurs ont tout d’abord mesuré l’expression du BDNF dans le striatum dorsal de rats Long Evans s’autoadministrant de l’alcool 10 % en appuyant sur un levier. Les résultats montrent que l’autoadministration d’alcool augmente l’expression de BDNF de manière plus marquée dans le striatum dorsolatéral comparativement au striatum dorsomédian. Ils ont ensuite montré que la diminution de l’expression du BDNF endogène en injectant des petits ARN d’interférence spécifiquement dans le striatum dorsolétaral (mais pas le dorsomédian) augmente l’autoadministration d’alcool des rats. A l’inverse, l’injection de BDNF exogène directement dans le striatum dorsolatéral ou dorsomédian, trois heures avant (mais pas 10 minutes avant) la session d’autoadministration d'alcool, diminue cette dernière. Il faut souligner que si le même effet est observé quel que soit le lieu d’injection, lorsque le BDNF est injecté dans le striatum dorsolatéral, les animaux s’arrêtent plus tôt de consommer de l’alcool. De manière intéressante, seule l’injection de BDNF dans le striatum dorsolatéral réduit spécifiquement la consommation d’alcool car celle réalisée dans le striatum dorsomédian réduit également l’autoadministration de saccharose.
L’ensemble des résultats de la présente étude indique un rôle d’une région particulière du striatum dorsal dans la régulation de la consommation d’alcool. Cette région dorsolatérale a plus particulièrement été impliquée dans les comportements addictifs avec un rôle dans les comportements plutôt dictés par l’automatisme et l’habitude (habit learning, stimulus-response) que leur conséquence et la motivation (stimulus-outcome, goal-directed). Les auteurs suggèrent aussi que le BDNF, qui apparaît plutôt comme un régulateur de l’arrêt de la consommation d’alcool que de l’initiation de la consommation, serait un régulateur négatif des propriétés renforçantes de l’alcool qui maintiennent l’association stimulus-réponse sous-tendue par les appuis sur le levier qui délivre l’alcool. Le BDNF doit être injecté trois heures avant le début de la session d’autoadministration d’alcool, ce qui pousse les auteurs à émettre l’hypothèse que l’action du BDNF serait sous-tendue par des effets transcriptionnels et/ou traductionnels. Cette hypothèse est confortée par les travaux précédents de ces mêmes auteurs qui ont montré que l’effet du BDNF sur la consommation d’alcool était rélayé par une augmentation de l’expression striatale du récepteur D3 de la dopamine et de la dynorphine.
Le BDNF a déjà été identifié comme un protagoniste dans l’addiction à l’alcool et à d’autres drogues. La réduction des taux de BDNF dans l’amygdale augmente le comportement de type anxieux et la consommation d’alcool chez le rat. De plus, les effets anxiogéniques du sevrage alcoolique sont associés à une diminution de l’expression du BDNF et cette anxiété du sevrage est contrecarrée par l’injection de BDNF dans le noyau central de l’amygdale.
Au total, cette étude très élégante démontre que le BDNF endogène produit dans le striatum dorsolatéral régule les niveaux de consommation d’alcool chez le rat Long Evans. Le BDNF dans le striatum dorsolatéral pourrait réguler la consommation d’alcool en réduisant ou maîtrisant les effets renforçants de l’alcool et par là même prévenir l’escalade de la consommation et la perte de contrôle. Il semble donc que l’activation de la voie du BDNF ou l’augmentation de son expression puisse être une nouvelle stratégie thérapeutique dans l’alcoolodépendance.

Pr M. Naassila
mickael.naassila@u-picardie.fr
Groupe de Recherche sur l’Alcool et les Pharmacodépendances (GRAP), INSERM ERI24, Amiens